Consentement BDSM Dominant
BDSM Tips Démarrer le BDSM N/notre vision du BDSM

Le consentement des personnes Dominantes

On entend beaucoup parler de consentement, surtout ces dernières années. C’est super, cette notion tout à fait basique s’est avérée souvent oubliée, et il y avait nécessité d’en reparler !

Notre milieu est fortement basé sur cette notion, et le gros de la relation de jeu ou de vie repose sur ce principe, grâce à la Check list, le safe word, le contrat etc…

Mais, suite à pas mal de discussions, à des choses qui nous ont touchés de prêt, j’ai eu la sensation qu’on a tendance à centrer le consentement sur la personne qui reçoit mais on a tendance à oublier inconsciemment la personne qui donne.

Comme si la personne Dominante n’était finalement que « l’instrument » du désir de la personne soumise. Et si pour une fois on parlait de ce pan là ? Si pour une fois on arrêtait de voir les personnes Dominantes comme des personnes inébranlables qui doivent combler les besoins de l’autre.

N/nous avons scindé cet article selon les différentes étapes de la “relation”, de la recherche d’un.e partenaire, en passant par la notion de partenaire de jeu, de couple mais aussi d’un couple vanille qui souhaitent aller vers des pratiques BDSM

Les prémices – Le consentement lors des premiers échanges

Vous avez probablement lu tout un tas de choses sur les personnes soumises qui reçoivent des messages de Dom, avec insultes et ordres dès les trois premières phrases. Et je pense que, tous et toutes ici, on est d’accord pour se dire, que ce n’est pas la meilleure manière d’aborder la chose.

Et bien voyez-vous, à l’inverse c’est pareil, recevoir des messages de personnes soumises avec Maître.sse à l’intérieur alors qu’il n’y a aucune notion de propriété entre les deux protagonistes, c’est pas super agréable, de même que « forcer la main » pour avoir des ordres et demander la permission pour tout et n’importe quoi, c’est pas génial non plus. Recevoir un message de présentation qui dit que la personne « est une chienne soumise etc.. » ne fait pas partie de la liste des kiffs. Et le pompon, recevoir des nudes non désirés de boobs ou d’anus écartés, n’est une passion chez personne. 

Alors, lorsque vous entamez le dialogue avec une personne Dominante, pensez à tout ça. Il.elle n’est pas votre Dom, c’est une personne tout à fait normale, avec qui une discussion normale et enrichissante vous emmènera bien plus loin, que d’essayer de « vivre furtivement » un BDSM à sens unique, que vous fantasmez. Et dans ce cas de figure vous utilisez la personne Dominante comme un instrument, de ce dit fantasme, en l’obligeant à rentrer dans votre jeu. 

Soyez-vous tel que vous l’êtes dans le quotidien, avec juste un peu plus de respect. Et si la personne coupe court aux échanges car pas intéressé.e, s’il vous plaît, ne forcez pas les choses ! C’est vraiment désagréable au possible et vous allez vite vous retrouver avec l’étiquette du soumis ou de la soumise à fuir.

Idem, si vous rentrez en contact avec des personnes étant déjà en couple ou en lien, respectez le lien en place, n’essayez pas de forcer les choses. Surtout s’ il n’y a pas explicitement écrit que la relation est ouverte ou que la personne Dominante est en recherche d’autres partenaires de jeu.

En résumé, soyez courtois.e, intelligent.e, lisez la fiche des personnes concernées pour avoir la meilleure approche possible, ne forcez pas la main et lorsque vous avez un non ou une phrase faisant comprendre que la personne ne souhaite pas continuer à échanger, respectez cette décision.

La relation de « couple » – Le consentement de la personne Dominante au sein d’un lien BDSM

J’entends par “relation de couple”, la relation dans un lien formé, de personnes habitants ensemble ou pas, peu importe que V/vous soyez en 24/7 ou non, juste, V/vous avez mis les mots sur le lien et il y a une notion d’appartenance.

Même si V/vous avez fait un contrat, rempli une liste des pratiques, il peut arriver que les opinions, envies, besoins évoluent avec le lien. Dans ce cadre, en tant que personne soumise, vous aurez peut être l’envie d’essayer de nouvelles pratiques, ou encore de faire évoluer les règles de la relation. 

C’est tout à fait possible, être une personne soumise et faire des propositions pour faire évoluer la relation ce n’est pas antinomique, pour autant, N/nous avons trop vu de gens se comporter comme des enfants capricieux.

“Je veux, donc la personne Dominante doit me donner”. Mais comme dit plus haut, la personne Dominante, reste une personne humaine, avec elle-même ses besoins, ses envies et ses limites. 

Il.elle n’est peut être pas prêt.e à faire évoluer la relation et les pratiques dans le sens où vous le souhaitez. Peut-être le sera-t-elle.il un jour, peut-être jamais ! Mais vous devez respecter ça et ne pas forcer l’autre à le faire, pour vous faire plaisir. De la même manière que vous n’aimeriez pas que l’on bafoue votre consentement.

Ça ne veut pas dire que c’est la fin d’une relation, juste que vous avez plusieurs options qui s’offrent à vous pour respecter les envies et le consentement de chacun. Quelques exemples :

– Juste attendre et potentiellement en rediscuter plus tard, quand le moment sera plus opportun (je vous parle ici de plusieurs mois, pas la semaine ou le mois suivant)

– Trouver un juste milieu en discutant / négociant pour avoir une solution qui convienne à toutes les parties.

– Vous ne pouvez pas vivre sans ce truc là, alors peut être la solution est de trouver des play partner spécifiques avec le consentement de chacun pour vivre cette expérience.

En bref comportez vous en adulte, la personne Dominante n’est pas là pour combler tous vos besoins, respectez les siens au même titre que les vôtres.

J’imagine que vous n’aimeriez pas que votre Maître.sse, vous force à faire une pratique qui est une de vos limites. Ou encore que vous n’apprécieriez pas qu’il.elle vous force à jouer alors que vous n’êtes pas en état.

Alors lors des échanges, des demandes, tentez de vous mettre à sa place pour éviter de vous comporter en soumis.e égocentré.e en quête de son propre plaisir où la personne Dominante n’est qu’un moyen d’arriver à vos fins.

Dans un cadre de play partner – Le consentement de la personne Dominante dans le cadre d’une relation de jeu.

Ce n’est pas parce que l’on joue une fois avec quelqu’un, qu’un lien se crée. O/on peut apprécier de jouer en one shot sur quelqu’un, peut être il y aura une prochaine fois, peut être il n’y en aura jamais.

Et ce n’est pas parce qu’une personne Dominante joue sur vous une fois, qu’il souhaite aller plus loin, ou rejouer sur vous.

Respectez cela, ça ne veut pas dire se faire oublier, mais plutôt ne pas fantasmer quelque chose, de peur de devoir essuyer une déception. Et encore moins qu’il devient votre Domina.nt

Ne forcez pas la main de cette personne, vous pouvez sans problème signifier que vous aimeriez bien qu’il y ait une prochaine fois, mais ne soyez pas dans l’attente de quelque chose, que la personne ne pourra peut-être pas vous donner. Ou alors si vous souhaitez que la relation aille plus loin, demandez les choses franchement et acceptez que la personne puisse vous dire non, et dans ce cas inutile de forcer ! 

Idem lors de la séance, il faut accepter que la personne Dominante ne pourra ou ne voudra peut être pas réaliser toutes les pratiques que vous souhaitez. Mettez vous d’accord au préalable et respectez les limites et envies de chacun.e ☺️. Dans ce cadre le/la Dom n’est pas un.e prestataire de service, l’idée est que les deux parties passent un bon moment.

En amenant le BDSM dans son couple vanille.

O/on reçoit de nombreux messages, de personnes démarrant dans le BDSM ou voulant introduire le BDSM dans leur couple. 

Et, dans la plupart des messages, O/on lit souvent que la personne revêtant le rôle de Dom n’est pas assez comme si ou comme ça.

Encore une fois, O/on aimerait mettre en avant, au-delà de l’évolution de la personne, le consentement.

Quand vous emmenez une personne dans l’aventure, posez-vous et posez lui les questions suivantes :le fait-il.elle pour vous faire plaisir ? Pour pimenter / sauver le couple ? Ou parce qu’il.elle en a envie ? 

Si ce n’est pas par réelle envie, peut être que ce n’est pas la meilleure solution et que d’autres options doivent être envisagées. Ne lui forcez pas la main sous prétexte que c’est votre fantasme. Je l’ai vécue, je sais que ce non là peut être difficile mais à vous de prendre la meilleure décision pour vous et pour le couple.

En résumé 

Une personne Dominante, reste un être humain, ce n’est pas l’instrument de vos désirs. Il.elle a ses envies, ses besoins et ses limites tout comme vous.

Acceptez le non, qui bien entendu, peut être discuté pour comprendre notamment dans un lien formé.

Acceptez qu’il.elle ne pourra peut-être pas accéder à toutes vos demandes.

Acceptez qu’il.elle puisse interrompre une séance comme vous le feriez avec votre safeword.

Et surtout prenez soin de votre Domina.nt autant qu’il.elle prend soin de Vous quand ce ne sont pas des “supers humains” ! Juste des personnes comme vous et moi, qui ont décidé de donner plutôt que recevoir, mais qui pour autant peuvent rencontrer les mêmes problématiques que nous. Et ce n’est pas parce que vous êtes soumis.e que vous devez oublier le consentement de l’autre côté du miroir.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *